Petite histoire de la naturopathie

L’histoire nous indique que la médecine hippocratique est en grande partie responsable des fondements naturopathiques actuels. Celle-ci fut diffusée à travers le monde du IXe à la fin du XIIIe siècle. Le vitalisme véhiculé par cette philosophie est toujours demeuré la pierre angulaire de la naturopathie moderne. Au cours de l’histoire, on a connu par la suite ce qu’on appelle les courants néo-hippocratiques.

L’Allopathie : Un groupe de médecins grecs fondèrent une école de médecine issue de l’enseignement d’Aristote, le père du rationalisme. Ils enseignaient la théorie des contraires qui s’opposaient aux symptômes. Plusieurs siècles plus tard, Galien, médecin romain d’origine grecque, par ses découvertes, apporta une grande influence sur la médecine jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Il croyait que la maladie était avant tout localisée et répertorier. Sa vision analytique s’opposait donc à la vision synthétique d’Hippocrate. Les Romains qui dominaient le monde à cette époque adopta d’emblée cette philosophie. Puis, Descartes, en France au XVIIe siècle, vint renforcer cette pensée.

L’homéopathie – Un dernier sursaut du courant hippocratique apparut au XVIIe siècle, avec la théorie des semblables, qui était alors prôné par Hahnemann. Les homéopathes se sont retrouvés à ce moment de l’histoire en tête de file du courant empirique européen. La découverte des substances chimiques puissantes allait cependant marquer le retour en force du courant rationaliste.

La naturopathie – En 1967, on assiste à un renouveau de la philosophie hippocratique que le médecin Carton enseignait à cette époque et qui permit l’émergence du mouvement naturiste français. Les
premiers naturopathes au Québec Chomedey de Maisonneuve Robert fonda la maison Robert et fils en 1937. Celle-ci se spécialisait dans les aliments thérapeutiques. Les laboratoires Robert et fils poursuivent toujours leur mission d’origine. En 1944, Louis Turgeon avait élaboré un système basé sur la science des types chimiques. Adrien Gagnon, en 1954, lance la revue Santé naturelle et participe au Mouvement hygiéniste international d’expression française. Il dirige aujourd’hui une importante entreprise de produits naturels. Jacques Baugé-Prévost établit en 1954, l’Ordre des naturothérapeutes du Québec qui fut autorisé officiellement en 1974 à regrouper les personnes pratiquant les médecines douces. Raymond Barbeau, fut le premier à implanter les premières institutions naturopathiques au Québec. Il mit sur pied une véritable organisation pour la naturopathie. Il fonda l’Institut de naturopathie du Québec (INQ). Cette
Institution forma les premiers pionniers de la naturopathie.

En Amérique du Nord, peu d’endroits se sont dotés d’une réglementation concernant la naturopathie. Seules cinq provinces canadiennes (Ontario, Manitoba, Saskatchewan, Alberta et Colombie-Britannique) et huit états américains (Alaska, Arizona, Connecticut, Hawaii, Montana, Orégon, Utah et Washington), possèdent une telle réglementation. La situation de la naturopathie au Québec étant encore contestée, la profession n’est toujours pas réglementée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s